Forum MacDK.com: Littérature: Tony Hillerman - Forum MacDK.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Littérature: Tony Hillerman par Bracame

#1 L'utilisateur est hors-ligne   chirouille Icône

  • membre titanesque
  • Groupe : Staff
  • Messages : 10 661
  • Inscrit : 08-06 03
  • Gender:Male
  • Location:Stras

Posté 26 03 2008 - 17:02

http://forum.macdk.c...?showtopic=9808

L'Auteur

C'est en plein coeur des Etats-Unis, dans l'Oklahoma, que Tony Hillerman voit le jour le 27 mai 1925. Dès son plus jeune âge, il est inscrit dans des écoles fréquentées par des enfants d'origine indienne, ce qui contribuera plus tard à mieux lui faire approcher et comprendre la culture indienne. Il entre à l'université d'Oklahoma et obtient un diplôme de journalisme.
En août 1945, de retour au pays après avoir servi sous les drapeaux, Tony Hillerman se rend pour la première fois sur le territoire de la grande réserve Navajo et assiste de manière très furtive au cérémonial que les indiens appellent "Enemy Way" (La voie de l'ennemi) et qui, dans ce cas d'espèce avait pour but d'aider les marines Navajos de retour du Pacific à retrouver la santé et l'harmonie (Hozro) avec le monde qui les entourait. Il sera très marqué par cette expérience.
Tony Hillerman devient tour à tour reporter politique, chef de bureau d'une agence de Santa Fe, et travaille finalement pour le journal "New Mexican".
Au début des années soixante, il devient professeur puis finalement assistant du président de l'université de New Mexico.
En 1970 sort en librairie son premier roman "The Blessing Way", traduit en français par le titre choisi au départ par l'auteur "La Voie de l'Ennemi". Il a alors 45 ans et commence une nouvelle carrière.
Ses personnages évoluent tout au long de cette œuvre si particulière qui prend ses racines dans la mythologie et les terres indiennes.
Détenteur de plusieurs récompenses littéraires, il a également été président des "Mystery Writers of America".
Il s'est en outre vu offrir par le Conseil Tribal Navajo, et c'est de son propre aveu ce dont il est le plus fier, une plaque le présentant comme "SPECIAL FRIEND OF THE DINEH" ( Les Navajos se nomment eux-même le Dineh, c'est-à-dire le Peuple), ce pour le portrait fort et digne qu'il dresse de la culture navajo .
Autre preuve de reconnaissance, ses livres sont utilisés et étudiés non seulement dans les écoles navajos mais aussi dans celles d'autres tribus.
Tony Hillerman vit actuellement avec sa femme Marie à Albuquerque au Nouveau-Mexique.

Bibliographie
Volumes dont le personnage central est Joe Leaphorn.

La voie de l'ennemi. 1970
Leaphorn rit et la chouette qui effectuait un second voyage au-dessus de la Mesa fut prise de panique en l'entendant. Elle passa à sa hauteur et disparut dans les ténèbres.
Rien ne cadrait, tout était irrationnel,. Mais pourquoi cette impression de temps qui presse, de Danger?


Là où dansent les morts. 1973
Là où dansent les morts, c'est le Paradis selon les indiens Zuni, qui vivent cernés par trois réserves de Navajos, tribus qu'ils ne portent pas dans leur cœur.
Mais quand le jeune Dieu du Feu Zuni disparaît et que tout indique qu'il a été assassiné, c'est un policier Navajo qui entre en scène. Son enquête le mènera sans deux autres "tribus": des Hippies et des anthropologues.


Femme qui écoute. 1977
Les faits étaient simples. Une des nièces de Hosteen Tso avait fait en sorte que Margaret Cigaret, une "Femme Qui Ecoute" d'une réputation considérable dans la région de Rainbow Plateau, vienne trouver ce qui causait la maladie du vieil homme.
Madame Cigaret était aveugle. Elle avait été conduite au hogan de Tso pas une de ses nièces, Anna Atcitty. L'entretien habituel avait eu lieu. Madame Cigaret avait quitté le hogan pour commencer à écouter. Pendant qu'elle était en transe, quelqu'un avait tué le vieil homme et la jeune fille, en les frappant sur la tête avec ce qui pouvait être un tuyau métallique ou le canon d'un fusil.


Volumes dont le personnage central est Jim Chee.

Le Peuple des Ténèbres. 1980
La femme d'un milliardaire américain engage Jim Chee à titre privé pour retrouver un petit coffre de souvenirs dérobé, selon elle, par "Le Peuple des Ténèbres", c'est à dire les membres d'une sorte d'église fondée par un Navajo, mais déclarée illégale par le conseil tribal parce qu'elle autorise lors de cérémonies, l'usage d'une drogue psychédélique: le Peyote.
C'est dans le ce volume qu'apparaît pour la première fois Jim Chee, l'un des deux héros fétiches de Tony Hillerman.
Impliqué dans une enquête touffue sur fond de magouille uranifère, poursuivi par un tueur qui possède des bombes à mercure, il se retrouve, comme souvent, confronté à ses propres contradictions.

NB: Publié en 1981 dans la Série Noire sous le titre "Le Peuple de l'Ombre", dans une version tronquée et désavouée par l'auteur, ce livre, intégralement retraduit, trouve enfin sa place en Rivages/Noir.


Le Vent Sombre. 1982
D'anciennes inimitiés ravivées et un moulin vandalisé, un mystèrieux accident d'avion et des "Belacani" (hommes blancs) qui disparaissent ou surgissent au cœur du désert d'Arizona.
Un Navajo surnommé Doigts-De-Fer et un cadavre sans nom. Jim Chee, policier Navajo qui ne se laisse pas intimider poursuivra son enquête jusque dans un village interdit perché sur l'une des Mesa Hopi.

NB: Le Vent Sombre a été porté à l'écran en 1992 par Errol Morris avec Lou Diamond Phillips (Jim Chee) et Fred Ward (Joe Leaphorn).


La Voie du Fantôme. 1985
Qui d'autre que Jim Chee, le policier Navajo, aurait accepté de quitter la Grande Réserve où vit son Peuple pour poursuivre son enquête auprès des laissés-pour-compte de Los-Angeles? Et ce départ pourrait-il être symbolique d'un autre départ, définitif celui-là?

Volumes où Chee et Leaphorn sont amenés à collaborer.

Porteurs-de-Peau. 1986
Les Porteurs-de Peau sont les sorciers, les Loups Navajos qui décident d'apporter le mal à leurs congénères. Ils rodent dans les ténèbres de la grande réserve, parfois couverts d'une peau d'animal, et possèdent des pouvoirs surnaturels.
Trois meurtres sont commis, peut-être quatre, une nuit, Jim Chee, le policier Navajo traditionaliste, est tiré de son sommeil et plonge dans l'angoisse. Alors commence une enquête qui lui fera côtoyer le lieutenant Joe Leaphorn et les marquera tous deux profondément, dans leur esprit comme dans leur chair.


Le Voleur de Temps. 1988
commentaire à venir

Dieu qui Parle. 1989
Personne, décidément, ne semble s'intéresser au corps de cet homme mystérieusement retrouvé le long de la voie ferrée au cœurs des paysages désertiques de l'Arizona.
Mais tandis que la police locale et le F.B.I. rivalisent d'attentisme, Joe Leaphorn remonte avec ténacité une piste ou s'entrecroisent terrorisme politique et terrorisme culturel.
Et, au bout du voyage, dans les couloirs ténébreux du Musée d'Histoire Naturelle de Washington, il a rendez-vous avec son collègue Jim Chee.


Coyote attend. 1991
commentaire à venir

Les clowns sacrés. 1993
Un professeur d'atelier de l'école de Thoreau a été mortellement frappé à la tête. C'est un meurtre extrêmement important selon les critères de la réserve.
Chee, récemment muté dans le service du Lieutenant Joe Leaphorn, espère retrouver un écolier en cavale au pueblo de Tano, le jour des cérémonies annuelles.
Après la danse des Kachinas, c'est le moment des Koshares, les "Clowns Sacrés" des habitants des pueblos. Avec leur corps zébré de rayures noires et blanches, leur visage peinturluré de blanc, fendu d'un immense sourire noir, ils gesticulent en tous sens, provoquant de fausses bagarres avec force chutes et maladresses. Mais ce qu'un des clowns fait ce jour-là fige le rire des spectateurs. On va le retrouver assassiné dans une ruelle adjacente…


Un homme est tombé. 1996
Depuis que Joe Leaphorn a pris sa retraite, Jim Chee occupe l eposte de Lieutenant de la police Tribale Navajo.
Submergé par les tâches administratives, il n'éprouve plus guère de plaisir à se rendre au travail. Son supérieur lui demande des résultats rapides dans une enquête sur des vols de bétail alors qu'il se passionne pour mystérieux squelette trouvé sur Ship Rock; la montagne sacrée des Navajos.
Joe Leaphorn s'y intéresse également et fait vite le rapprochement avec une vieille affaire: la disparition d'un certain Harold Breedlove, propriétaire d'un ranch voisin et escaladeur confirmé.
Comment cet homme a-t-il trouvé la mort au sommet de Ship Rock?
C'est ce que Chee va devoir déterminer, avec l'aide de Joe Leaphorn et de Bernadette Manuelito, un jeune agent stagiaire qui ne manque pas de bonnes idées.


Le premier aigle. 1998
Le lieutenant Jim Chee, appelé en renfort par un de ses subordonnés, découvre au sommet d'une Mesa l'agent Kinsman, grièvement blessé, à ses côté, un coupable tout désigné, un Hopi venu braconner un aigle en vue d'une cérémonie religieuse.
Par ailleurs, Joe Leaphorn est tiré de sa retraite pour retrouver Cathy Pollard, une spécialiste des vecteurs de transmission des maladies, qui a disparu alors qu'elle étudiait une colonie de chiens de prairie susceptibles d'être à l'origine d'un nouveau cas de peste bubonique. Elle se trouvait dans la même zone que Kinsman au moment de son agression…


Blaireau se cache. 1999
Nous retrouvons Jim Chee, jeune sergent de la police tribale Navajo et Joe Leaphorn, ex lieutenant en retraite. Le premier se retrouve sur une enquête, suite à un braquage meurtrier à la sortie d'un casino tenu par des indiens. Le second, se voit confier une enquête un peu plus officieuse par une connaissance.
Les deux navajos commencent leur "chasse à l'homme" chacun de leur côté, mais leurs chemins finissent par se croiser. Ne rechercheraient-ils pas le même homme ?


Romans avec d'autres héros.

Le grand vol de la banque de Taos. 1973
Le 12 novembre 1957, le rédacteur en chef du New Mexican reçut un coup de téléphone de Ruth Fish qui occupait, depuis de nombreuses années, le siège directorial de la Chambre de commerce de Taos. Elle lui apprit que la Banque de Taos allait être dévalisée dans la matinée.

Le garçon qui inventa la libellule. 1973
Un village Zuñi vit dans l'opulence. Les Etres Bien-Aimés (Dieux bénéfiques) leur offrent la pluie régulièrement donc leurs cultures de maïs sont abondantes.
Pour montrer leur prospérité aux villages et tribus environnants, les "sages" décident d'organiser une journée où tous les villageois joueront à se jeter de la nourriture comme le font les enfants avec la boue.
Alertées par la rumeur de ce "jeu", les deux Etres Bien-Aimés, la Vierge du maïs jaune et la Vierge du maïs blanc, responsables des pluies bienfaitrices, décident de ce déguiser en mendiantes affamées et de se rendre au village pour vérifier la véracité de cette rumeur…


La mouche sur le mur. 1971
A Washington, La Rotonde du Capitole est le lieu de rencontre et de rédaction de tous les journalistes politiques.
A partir de la salle de presse qui leur est réservée, ils diffusent à leur journal respectif toutes les informations pêchées auprès des divers hommes politiques qui gravitent autour d'eux.
John Cotton est l'un d'eux, il travaille pour "le Tribune".
En cette période de pré-élections sénatoriales (les élections sont prévues pour un an plus tard), la bataille entre l'actuel sénateur Eugène Clark et le gouverneur Paul Roark, fait rage. Ce n'est pas une guerre ouverte, mais plutôt des coups bas et surtout la recherche de la faute commise par l'adversaire.


Moon. 1996
Laissant (provisoirement) de côté ses deux enquêteurs navajos, l'auteur nous raconte une navrante histoire sur fond de guerre du Viêt-nam. Moon ira chercher le fils de son frère décédé et se retrouvera en plein printemps 1975 face aux Khmers rouges.


Petit lexique de certains termes Navajo (ou explication de termes utilisés)
- Adobe: Briques de boue et de paille séchées au soleil.

- Anasazi: Les premiers habitants de l'Amérique du Nord. Venus probablement par le détroit de Bering, ils se réfugient dans les habitations troglodytiques du plateau du Colorado et parviennent à vivre de la chasse et de l'agriculture dans de climat semi-aride. Puis, brusquement, ils disparaissent à la fin du XIII siècle.

- Athabascan cette famille de tribus vivant de la pêche et de la chasse occupait des territoires situés entre les Rocheuses et le Labrador. L'émigration vers le sud-ouest au XIV ou XV siècle entraîna l'apparition de nouveaux groupes (Navajos, Apaches…).

- Arroyo: terme espagnol désignant le lit sec, en général au fond d'une gorge ou d'un canyon, d'une rivière dont l'eau se tarit en été.

- Bain de vapeur (ou bain de sueur): il a vocation purificatrice, de même que le lavage des cheveux.

- Bilagaana, Belacana ou Belacani: homme blanc.

- Bourse des quatre montagnes ou bourse à médecine (Jish en Navajo): indispensable pour assurer les rites guérisseurs, elle symbolise l'harmonie, la substance de la vie et la force de vie, et est constituée d'un ensemble d'objets sacrés parmi lesquels des échantillons provenant du sol des quatre montagnes sacrées.

- Chanteur (Hataalii en Navajo): chez les Navajos, il est celui que l'on appelle pour tenir les rites guérisseurs car il est dépositaire de ces procédures extrêmement complexes destinées à libérer le malade de l'emprise d'un sorcier au moyen de chants et de prières associées à des peintures de sable. un chanteur ne peut donc connaître que quelques "chants" et certains rites disparaissent actuellement. Mais le chanteur n'est ni un homme-médecine ni un shaman: la guérison est collective et profite d'abord au patient puis, par voie de fait, à l'univers tout entier qui retrouve Hozro (l'harmonie). Il s'agit davantage d'un retour à la sérénité morale du patient au sein de son environnement que d'une guérison au sens médical du terme.

- Chindi: mot Navajo désignant le fantôme. Les Navajos ne croient pas à un au-delà après la mort. Au mieux ils trouvent le néant. Au pire, la partie malsaine et malfaisante de l'individu revient hanter les vivants et leur apporter la maladie et la mort.

- Clan: concept familial très élargi. Chez les Navajos on en dénombre soixante-cinq.

- Conseil Tribal: créé vers 1930, il siège à Window Rock et administre la Grande Réserve et ses richesses naturelles. Ses membres, élus au suffrage universel à bulletin secret, représentent les 78 divisions administratives constituant la réserve.

- Creek: cours d'eau d'importance moyenne, en général affluent d'un fleuve.

- Dieu-Qui-Parle: l'un des membres du Peuple Sacré. Associé à Dieu-qui-Appelle, il est celui qui, dans la mythologie Navajo, offre le don de création à Femme-qui-Change.

- Dineh ou Dinee: le Peuple (également le clan); tel est le nom que se donnent les Navajos. Ils habitent la région qu'ils appellent Dinetah, la plus grande réserve des USA, d'une superficie de 64750 km carrés.

- Dinetah ou Dineh Bike'yah (mot à mot, "parmi le Peuple"): les limites des Terres du Peuple marquées par les Quatre Montagnes Sacrées qui correspondent aux quatre points cardinaux et sont associées aux quatre couleurs, coquillages et moments de la vie; Sis no jin ou Tsisnadzhini à l'Est (Blanca Peak, Nouveau-Mexique, couleur blanche de l'Aube, coquille blanche, l'enfance); Tso'dzil ou Tsotsil au sud (Mont Taylor, Nouveau-Mexique, couleur bleue du Ciel, turquoise, l'âge adulte); Dook o'ooshid ou Dokoshid à l'Ouest (Mont San Francisco, Arizona, couleur jaune du Crépuscule, abalone, la mort); Debe'ntsa ou Depentsa au nord (La Plata Mountains, Colorado, couleur noire de la Nuit, obsidienne, le recommencement).

- Dualisme: Dieu-qui-Parle et Dieu-qui-Appelle, Premier Homme et Première Femme, Garçon Abalone et Fille Abalone, la source de vie qui contient à la fois la "matière" nécessaire à la vie et le moyen lui permettant de passer l'épreuve du temps, la forme non-physique dissimulée à l'intérieur de la forme physique des choses, tous ces éléments de la mythologie Navajo relèvent d'un dualisme presque systématique pouvant être associé à un pôle positif et un pôle négatif, un caractère masculin et un caractère féminin; ces contraires complémentaires sont ensuite regroupés pour donner des séquences de quatre dont le premier couple est à son tour considéré comme "positif", le second comme "négatif". L'association des contraires peut alors culminer dans la fusion finale et le recommencement symbolisés par le chiffre neuf.

- Famille: système matrilinéaire (se dit d'un système de filiation et d'organisation sociale basé sur l'ascendance maternelle) chez les Navajos; les jeunes époux se mettent en quête d'un endroit où construire leur hogan, tant pour s'isoler que pour avoir suffisamment d'espace afin de pratiquer l'élevage des moutons.

- Femme-qui-Change (Asdzaa nadleehé): dans la mythologie Navajo, elle est l'une des deux "filles jumelles" de Premier Homme et Première Femme, créée en présence de nombreux autres représentants du Peuple Sacré à partir d'une figurine de turquoise lors d'une cérémonie complexe et poétique. Elle s'accouple avec Shivanni (Johonaa'éi), le Soleil-Père, pour donner naissance aus Jumeaux Héroïques, Tueur-de-Monstres et Fils-Né-des-Eaux (ou Né-de-l'Eau, son nom changeant à plusieurs reprises durant le cycles des origines). Plus tard, Dieu-qui-Parle et Dieu-qui-Appelle, associés à d'autres membres du Peuple Sacré au cours d'une cérémonie de création nécessitant l'utilisation d'objets sacrés, d'épis de maïs et le souffle du Vent (Nilch'i), lui transmettent ce don de création qu'elle réalisera en frottant diverses parties de son corps et en recueillant la couche de peau superficielle dans sa main. Elle est avec sa sœur, Femme Coquillage Blanc (Yoolgai asdzaa) la seule représentante du Peuple Sacré à être entièrement bonne et hantée par la solitude.

- Four Corners: la région des Etas-Unis où fait unique dans le pays, les frontières séparant quatres Etats (Arizona, Utah, Colorado, Nouveau-Mexique) se coupent à angle droit.

- Grand-père: terme qui, du fait du système clanique des Navajos, s'applique aux hommes âgés appartenant au clan de la mère. De même des termes comme oncle, voire père ou mère, n'ont qu'un rapport très lointain avec le sens que nous leur donnons quotidiennement.

- Heure: Selon Tony Hillerman, le concept Navajo le plus déroutant car "…pour eux, ce n'est pas un continuum (ensemble homogène d'éléments qui se succèdent d'une façon continue), un flot régulier. Ils se le représentent sous la forme de blocs. De rencontres. Et par voie de conséquence des mots "en avance" ou "en retard" n'ont pour eux aucun sens. (…) Les Navajos ne sont jamais où ils sont sensés être. Les autres indiens appellent cela "l'heure Navajo", ce qui signifie "Dieu sait quand!"

- Hogan: la maison du Navajo, structure au toit arrondi faite de rondins et de boue séchée. Un abri et un corral au minimum viennent la compléter. Le hogan d'été utilisé pendant le pacage des moutons est de facture plus grossière. Des règles précises commandent l'orientation de l'habitation traditionnelle. Les points cardinaux jouent un très grand rôle dans les rites religieux. Chez les Navajos la porte du hogan fait face à l'est qui symbolise le souffle de vie ou piste de la beauté, de l'harmonie; l'ouverture pratiquée dans un mur après un décès doit être dirigée vers le nord qui représente le mal; l'ouest figure la mort.

- Hopi: dans la langue de ces indiens pueblo, hopitu signifie "le peuple paisible". Leur réserve se trouve enclavée dans la réserve Navajo au nord de l'Arizona: le recensement de 1989 indiquait que 9617 personnes habitaient sur la réserve Hopi mais ils ne seraient pas plus de trois mille à vivre réellement dans les villages ancestraux des trois mesas. Ce sont avant tout des cultivateurs et des chasseurs.

- Hosteen: mot Navajo qui exprime le respect dû à la personne (en général l'homme adulte/ à laquelle on s'adresse.

- Hozro, Hozho ou Hohzho: mot Navajo qui signifie la beauté, l'harmonie de l'individu avec le monde qui l'entoure.

- Mesa: (mot espagnol) montagne aplatie caractéristique des Etats du sud-ouest. Lorsqu'elle ressemble plus à une colline qu'à un plateau elle devient une butte. Et une butte au sommet arrondi est une colline. Parmi les mesas les plus connues, citons Mesa Verde, dans le Colorado, haut lieu archéologique, et les Première, Deuxième et Troisième Mesas sur lesquelles se perchent les villages Hopi ancestraux.

- Mort: les Navajos ont une crainte maladive de la mort au point de s'entourer de toutes sortes de précautions et d'éprouver une intense répugnance à toucher un cadavre qu'ils enterrent le plus rapidement possible dans un lieu secret. Pour eux il n'y a pas de "paradis" au mieux le repos. Dans la mythologie Navajo, deux habitants de cinquième monde meurent quatre jours après avoir observé un fantôme, d'où cete répulsion.
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) sur ce sujet
0 invité(s) et 1 utilisateur(s) anonyme(s)